popcorn love

Popcorn Love est après Letter from war, une de mes fanfictions favorites. Dès la première ligne, j’ai su que cette histoire, romance, allait être grandiose et magnifiquement amenée. Je n’ai pas été déçu du voyage. Ce fut donc sans hésitation que j’ai acheté le livre dès sa sortie.

Préférant la version originale, j’ai opté pour le livre en anglais. Cependant, pour celles et ceux qui souhaitent découvrir cette fantastique histoire d’amour, sachez qu’une version française existe. Bien qu’elle soit en anglais, je ne me lasse jamais de replonger dans cette histoire. Elle a su me marquer comme jamais. Tel que The Loudest Silence, Popcorn Love est un livre dont je me souviendrais pendant des années.

Bien que l’intrigue ne soit en rien exceptionnelle, mettant en scène une femme d’affaire accomplie et une étudiante, l’histoire vit grâce à ses personnages attachants. Dès les premières lignes, Elena sait nous captiver, plonger dans sa vie de mère célibataire. Mais surtout, l’autrice parvient à nous faire sourire grâce aux répliques excentriques de Vivian. Cette dernière est d’ailleurs un de mes personnages favoris parmi tous les livres que j’ai pu lire. Son franc parlé, son excentricité et sa joie de vivre en font une bouffée d’air amusante durant la lecture.

Non pas que les deux protagonistes principales ne soient pas intéressantes, loin de là. Elena est une mère célibataire qui essaie de jongler entre sa vie professionnelle et sa vie privée tout en essayant désormais de rencontrer quelqu’un. Elle est l’incarnation même d’une mère de notre temps. Elle permet de facilement s’identifier à ce personnage. Mais ce que j’apprécie le plus chez elle est son sarcasme. Les répliques entre Elena et Vivian sont telles que celles que nous partageons avec notre meilleure amie. Le bon ton, la complicité, tout y est.

Allison à l’inverse d’Elena est encore une étudiante en dernière année à l’université. Les responsabilités ne sont pas encore ses priorités, et son attitude décontractée contraste parfaitement avec celle d’Elena. Bien que ce personnage semble léger et joyeux dans le début de l’histoire, à mesure que les pages se tournent, il se révèle peu à peu à nous. Son évolution est constante et brillamment menée, tout comme tous les personnages présents dans cette romance. Rien n’est laissé au hasard.

 Popcorn Love est une romance développée tout au long des pages et parfaitement réaliste. Nullement fleur bleue, la relation entre Elena et Allison évolue sous les mots de l’autrice. Pas de coup de foudre, pas d’attraction rapide, non. Un véritable développement, des dialogues, une amitié, de la jalousie, des rires, et une révélation qui nous ravit quand elle survient. La relation entre les deux personnages commence par une ébauche de baby-sitter et nous provoque des rires lorsque Elena partage ses rencards foireux avec Allison. Ce sont ces moments-là qui évoluent au fil de pages. Cette connexion évidente qui s’installe entre les deux femmes. Le verre de vin, les popcorn mixés avec les bonbons d’Allison, les déboires d’Elena, tous ses éléments qui font de leurs dynamiques quelque chose d’unique.

Je ne parle pas du petit Lucas qui est un ange, et apporte à cette romance une touche adorable. Vous ne pouvez pas résister à Lucas même si vous le vouliez. Croyez-moi. La présence d’un fils dans la vie d’Elena est un facteur que j’ai particulièrement apprécié. En effet, très peu d’histoires mettent en avant la monoparentalité. Du même fait, Elena étant bisexuelle, cela permet une représentation supplémentaire. Pour revenir à la monoparentalité, cette situation familiale est souvent écartée des histoires LGBT. Ce qui est regrettable. Bien que dans les fanfictions SwanQueen, dû à la présence d’Henry dans la série, cela est plus mis en avant. Mais je trouve que cette histoire présente parfaitement la vie d’Elena en tant que mère célibataire.

Par son écriture fluide, son ton exact et des répliques hilarantes, l’autrice nous livre une perle. J’ai lu le livre en l’espace d’un jour. Je ne pouvais pas le laisser. Cette histoire est addictive. J’ai succombé à cette écriture et cette autrice. Chaque ligne apporte un plus à l’histoire, les dialogues sont dignes d’une véritable discussion. Vous savez quoi ? D’écrire cette chronique me donne envie de relire pour la … (je ne saurais compter).

Au travers de ses mots, la tension entre le statut social des deux personnages est parfaitement menée et développé. Le problème n’est pas écarté d’une baguette magique. Il est d’ailleurs un facteur qui ralentit la romance entre les deux femmes.  Cela plus d’autres paramètres que je vous laisserais découvrir durant votre lecture.

Car ne nous voilons pas la face, vous allez le lire.

Oui cela est un ordre.

Une fois la romance installée avec brio, nous partageons la relation entre Allison et Elena. Leurs découvertes sont exquises, si je puis dire. La dynamique change en soi et pourtant, leur complicité est toujours aussi touchante et amusante. Pour autant, les conversations sérieuses et les questionnements font partie de cette nouvelle romance entre les personnages. Honnêtement, j’ai aimé lire Allison mettre un pied dans le monde d’Elena. Quelques scènes sont d’ailleurs hilarantes et m’ont causé quelques crises de fou rire.

Vous savez quoi ? Je vais arrêter cette chronique-là, car finalement, il n’y aurait pas assez de mots pour décrire cette histoire. Popcorn Love est une romance parfaite. Je ne peux pas dire mieux. Popcorn Love est : LOVE.

 

Acheter Popcorn Love

version anglaise : http://amzn.to/2FCIIXl

version française : http://amzn.to/2FB7vei

Suis moi et abonnes toi

One Reply to “Popcorn Love de KL HUGHES”

  1. Peut-on dire que j’ai suivi ton ordre sachant que j’avais lu ce roman avant cette chronique ? Bon après il me semble que c’est toi qui m’en avais parlé la première fois, donc peut-être que tu y as été pour quelque chose.^^
    Est-ce que ta chronique m’aurait donné envie de lire ce roman ? Pour le coup je ne suis pas objective, mais si je me fie au fait que c’est toujours le cas et que de lire cet article me donne envie de relire le roman, on peut considérer que c’est un oui. Mission accomplie mon général.^^
    Il est vrai qu’il est appréciable de lire une histoire où la relation de deux inconnues évolue réellement vers de l’amour et ne pas tomber comme trop souvent sur des « quand son regard se posa sur elle, son souffle fut coupé par sa beauté et son cœur se mit à battre plus vite dans sa poitrine, assourdissant les bruits environnants jusqu’à les faire disparaitre, lui donnant l’impression qu’il n’y avait plus qu’elle et ce qu’elle lui faisait ressentir dans ce moment qui influencerait tout le reste de sa vie, blablablablabla… ». Enfin un truc dans le genre parce que là j’ai improvisé. Bref, je m’égare. C’est bizarre, ce n’est pas mon genre.^^
    De la même façon, comme tu l’as souligné, la différence de statut social est largement abordée et exploitée. Bien que n’ayant pas d’importance pour Elena, cela n’en reste pas moins un élément qui ne s’occulte pas et qui au contraire se ressent et prend une dimension plus pesante sous le regard des autres. Néanmoins cela apporte également un certain décalage et des scènes intéressantes voir cocasses du point de vue de la romance en elle-même.
    Et sans spoiler, le fameux interrogatoire. Mon dieu préserve moi de quoi que ce soit de similaire.^^
    Je ne m’avancerais pas davantage ne l’ayant lu qu’une fois et il y a de cela quelques mois, donc certaines choses m’échappent.
    Mais il est clair que c’est une bonne lecture, que nous ne saurions trop vous conseiller.

    Si je puis me permettre une critique quant à cette chronique. Où est passé la fameuse « réplique favorite » que tu nous mets habituellement ???
    J’attends.

    J’attends toujours.


    Bon queceque tu fais ? J’ai encore des cheveux blancs qui vont me pousser à t’attendre comme ça.^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial